Jean Lebrun

« Je rêve d’une histoire de Bretagne qui appliquerait à la péninsule la méthode – ou l’absence de méthode – qui était celle de Louis Guilloux à Saint-Brieuc. Son chef d’œuvre, c’est Le jeu de patience. Il y  a consigné sur des feuillets épars quantité de petits faits vrais de toutes les époques, mais son souci de ne jamais juger, son désordre intérieur aussi et une visite impromptue de l’occupant allemand ont tout emmêlé. Aussi le passé ressurgit-il où on ne l’attend pas. Quoi de neuf ? Le passé.

Mais il y a aussi l’avenir. Le présent, que le passé transperce de toutes parts, est aussi criblé d’avenir. La première catégorie de l’histoire, c’est l’horizon, l’attente. Le livre sur la Bretagne dont je rêve, je voudrais le dédier à mes parents, il serait comme une promesse. Que peut-il advenir de leur Bretagne ? Après tout, c’est le passé qui empêche l’avenir de devenir n’importe quoi.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone