RENCONTRE. MONIQUE MOSSER : ANTRES INITIATIQUES ET CAVERNES ENCHANTÉES

RENCONTRE

  • 11 AOÛT 2019
  • 11H00
  • -
  • Hameau de Saint-Antoine à Lanrivain (22)

Nous commençons aujourd’hui un voyage dans le monde poétique des grottes de jardin. Témoins de l’origine des civilisations, les grottes hantent pour longtemps l’imaginaire humain, témoignant de croyances restées mystérieuses et de la perfection du génie artistique de nos lointains ancêtres. Étrangement, de l’Antiquité à nos jours, l’art des jardins va devenir le lieu expérimental de ces micro-mondes où cohabitent les mythes infernaux et les contes de fée, les inépuisables merveilles de la nature et les artifices d’une inventivité poétique toujours renouvelée.

Monique Mosser

Historienne de l’art, de l’architecture et des jardins, Monique Mosser est ingénieur d’études au CNRS (Centre André Chastel, Paris) au sein de l’ERHAM, section Histoire culturelle des jardins et du paysage, et membre honoraire depuis septembre 2012. Elle a mené parallèlement une carrière dédiée à la recherche et à l’enseignement.

Elle a fondé et codirigé, au sein de l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles et en collaboration avec l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, le Master « Jardins historiques, patrimoine, paysage »,. Elle a enseigné l’histoire des jardins à l’École nationale supérieure du Paysage de 1984 à 1995, à l’École de Chaillot, à l’École d’architecture de Genève, et dans de nombreuses institutions.

Étrangement, de l’Antiquité à nos jours, l’art des jardins va devenir le lieu expérimental de ces micro-mondes où cohabitent les mythes infernaux et les contes de fée, les inépuisables merveilles de la nature et les artifices d’une inventivité poétique toujours renouvelée.

Engagée de longue date dans l’action culturelle et la défense du patrimoine, elle a organisé de très nombreuses expositions, tant en France qu’en Italie et d’autres pays d’Europe. Pionnière en matière d’histoire des jardins en France, elle a présenté, dès 1977, une exposition : Jardins, 1760-1820. Pays d’illusion, terre d’expérience, à la Caisse nationale des monuments historiques et des sites (Hôtel de Sully) et joué, depuis, un rôle actif dans la politique menée par le ministère de la Culture sur le sujet. Elle a été membre de la VIe Section de la Commission des monuments historiques « Parcs et jardins » depuis sa création à sa suppression (1994-2004), ensuite membre associé à la IIe Section « Travaux ».

Elle est membre de la Commission du Vieux Paris, membre honoraire du Comité scientifique international des paysages culturels (ICOMOS/IFLA), experte auprès du Comité du patrimoine mondial et membre du comité scientifique consultatif et du jury du Premio Internazionale Carlo Scarpa per il Giardino de la Fondazione Benetton Studi Ricerche (Trévise).

Auteur de nombreux articles et catalogues, elle a codirigé, avec Georges Teyssot, le livre de synthèse : L’Architettura dei giardini d’Occidente (1990), publié en italien, anglais, français et allemand. Elle a été responsable d’une collection d’ouvrages sur le paysage et les jardins aux Éditions de l’Imprimeur (Besançon) où sont parus une vingtaine de titres. Elle a aussi collaboré, lors de concours internationaux, avec des architectes et des paysagistes, comme Jean Aubert et Pascal Cribier (parc de La Villette, Opéra Bastille, réhabilitation des Tuileries, etc.).