Jean-Marie Pelt

Le monde a-t-il un sens ?

J.M. Pelt, la double hélice de l’ADN (figure A. Lebrun et R. Lavery) et la dame de Brassempouy 25 000 av. notre ère, ph Musée de St Germain en Laye

Du Big Bang à l’homme, l’évolution a procédé selon un principe d’associativité où la coopération a joué un rôle décisif. Aujourd’hui, c’est à nous de faire nôtre ce principe, pour aller vers une chaude convivialité entre tous les humains, mais aussi entre tous les êtres vivants qui peuplent la terre. Pour nous en convaincre, Jean-Marie Pelt convoque deux « tous petits » exemples de coopération. Le premier nous emmène au moment où la subtile coopération entre des molécules simples produit la très complexe molécule d’ADN, début de la vie et passage de monde inanimé au monde vivant. Le second montre comment l’associativité entre les 100 milliards de neurones du cerveau a rendu celui-ci assez complexe pour doter Homo Sapiens doté d’une conscience le rendant responsable du monde vivant.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone