L’Ensemble Matheus

Concert de l’Ensemble Matheus: Monteverdi 2.0

Depuis plus de vingt ans, l’Ensemble Matheus s’est imposé comme l’une des formations les plus reconnues du monde musical grâce à sa démarche artistique audacieuse et ouverte à tous. Dans un désir d’innovation et de recherche constante, Jean-Christophe Spinosi fonde en 1991 le Quatuor Matheus qui deviendra rapidement l’Ensemble Matheus.
Doté d’une géométrie variable allant de la « formation de chambre » à l’orchestre symphonique, l’Ensemble Matheus s’applique depuis ses débuts à mélanger les différents genres musicaux, interprétant les répertoires du XVIIe au XXIe siècle sur instruments d’époque (baroque, classique, romantique et moderne). Pour ce concert, nous allons à la découvertes des liens imperceptibles qui se sont tissés entre le baroque italien, les polyphonies corses, le blues, le gospel… Des liens imperceptibles, que Jean-Christophe Spinosi et ses musiciens reconstituent pour notre bonheur.

 

Monteverdi à Memphis

L’Ensemble Matheus vous propose d’embarquer pour un nouveau voyage : une traversée musicale entre l’Europe baroque et l’Amérique du XXe siècle, berceau du jazz et du Rock’n’roll. Monteverdi, compositeur de génie, a influencé l’ensemble du bassin méditerranéen de ses mélodies envoûtantes. Elvis Presley, comme George Gershwin avant lui, s’est inspiré de la musique country, du gospel et du R&B de son temps, musiques dont les racines se trouvent en Europe et en Afrique, toutes deux bordées par la Méditerranée… Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si certains passages des Vêpres de la Vierge de Monteverdi font très clairement écho au gospel et à la musique soul.

Ouvert sur l’Atlantique, Brest, le port d’attache des Matheus, est depuis longtemps lié aux Etats-Unis d’Amérique. La ville devient d’ailleurs le premier port américain de France durant la Première Guerre Mondiale, avec le camp n°5 de Pontanezen, et accueille, en 1917, les premiers musiciens de jazz sur le territoire français. Jean-Christophe Spinosi et ses musiciens mettent donc en lumière ces liens imperceptibles, comme autant d’hommages à l’Art et à l’Histoire. Une approche universelle qui se joue des frontières entre musique savante et musique populaire, entre hier et aujourd’hui. Un éclectisme à la hauteur des Matheus, infatigables passeurs depuis leurs origines.

« Au XVIIIème siècle, les gens allaient voir une musique créée pour eux, pas pour dans trois cents ans. La musique instrumentale, c’était les concerts rock de l’époque. » À Saint-Antoine, l’ensemble Matheus va le démontrer avec un concert rock – Spinosi chante aussi ! – et des danseurs de be-bop et de lindy hop dignes d’Helzapoppin.