Flora Moscovici

Celle qui rend les fous plus sages
Du 3 juin au 27 août à Saint-Antoine

 

«  On ne vit pas dans un espace neutre et blanc  » aime à rappeler l’artiste peintre Flora Moscovici. En appliquant ses couleurs à la bombe ou au pistolet dans de subtils dégradés, elle masque et elle expose simultanément l’environnement et ses usages – lieu de travail, de stockage ou de détente – brouillant les frontières entre art, aménagement et décoration.
«  L’observation des espaces que je traverse et l’attention à certains détails, qui me procurent des émotions ou stimulent mon imagination, constituent les prémices de ma recherche artistique. La manière dont la lumière s’introduit dans un espace, les particularités de l’architecture, les traces de l’histoire du lieu et bien sûr les couleurs, la façon dont elles sont posées et dont elles vieillissent, sont autant de points que je tente de dévoiler tout en cherchant à créer des espaces autres, en développant des œuvres picturales côtoyant la peinture en bâtiment et s’inspirant des endroits en chantiers, dans un entre-deux où la limite est mince entre la beauté et le presque rien un peu sale et pas très bien peint. Il s’agit d’une pratique de peintre au sens large, c’est-à-dire en pensant la peinture sous ses multiples définitions et en utilisant les possibilités extrêmement variées de ce médium, y compris dans ses marges. Là où il y a de la peinture, c’est pour moi de la peinture, qu’elle soit présente dans un but utilitaire, artistique ou autre. Et parfois, là où il n’y a pas de peinture, c’est aussi de la peinture à travers la mise en œuvre de la couleur par d’autres matériaux.  »

Flora Moscovici vit et travaille à Douarnenez.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

Laisser un commentaire